18 octobre 2022

La Dordogne Unie

Département, le maillon fort de la République

Il y a quelques temps encore, les Conseils départementaux étaient accusés par l’exécutif de tous les maux et certains, voulaient même leur disparition au prétexte de lutter contre le mille-feuilles des collectivités locales. La formule médiatisée à outrance cachait en réalité un fond de jacobinisme qui se nourrit toujours d’un rejet certain de la décentralisation et de l’autonomie démocratique qu’elle procure aux maires, présidents de Conseils départementaux et présidents de Conseils régionaux.

Le Congrès des départements de France, qui s’est déroulé pour la 91ème édition à Agen est venu tordre le cou à cette vision centralisatrice et passéiste de la France que le Président de la République, il faut le dire, et cela sans esprit polémique ou partisan, a porté avec outrance pendant 5 ans avec la suppression de la taxe d’habitation sans réelle contrepartie fiable pour les collectivités locales ou encore avec le contrat de Cahors.

Alors, certes, nous pouvons regretter que les réponses des ministres présents à Agen n’aient pas été à la hauteur des demandes et réflexions apportées par les présidents des Conseil départementaux, notamment au sujet de la santé alors que plusieurs d’entre eux, dont Germinal Peiro, ont rappelé à l’Etat l’urgence à intervenir contre la désertification médicale en milieu rural.

Certes, on peut légitimement s’inquiéter de la poursuite du transfert des compétences de l’Etat vers les Conseil départementaux sans l’assurance d’une véritable péréquation financière.

Certes, l’accusation infondée de Départements qui seraient dépensiers fuse toujours de manière sous-jacente et la tentation de fondre les Conseils départementaux et les Conseils régionaux dans une entité unique est toujours dans les esprits de certains.

Cependant, il semble que les Départements aient gagner une bataille en démontrant pendant les crises successives que nous avons traversés, notamment la crise sanitaire, leur caractère indispensable. Auprès des citoyens, le Conseil départemental apparait de nouveau le maillon fort de la République, celui qui soutient les territoires, celui qui protège, celui qui intervient de l’enfance au 3ème âge, celui qui suppléé au désengagement des services publics et de l’Etat.

Au Congrès d’Agen, les ministres présents dont la première Ministre ne l’ont pas avoué mais les appels à la restauration de la confiance entre Etat et Départements qu’ils ont lancé, signe le retour d’une prise en considération. Ainsi Elisabeth Borne s’est fendu d’un « les départements sont la France en vrai » et a promis un bouclier tarifaire pour les départements face à l’inflation des coûts énergétiques.

Cette reconnaissance subite, réelle ou de façade, démontre que le gouvernement ne peut pas faire sans les élus de proximité que sont les conseillers départementaux, au même titre qu’il ne peut agir sans les maires et les conseillers régionaux.

L'actu

Suivez l’actualité des cantons

5 avril 2024

- La Dordogne Unie

Un budget primitif 2024 largement adopté

C’est par 34 voix sur 50 que l’Assemblée départementale a voté le budget primitif…
3 avril 2024

- La Dordogne Unie

Budget primitif 2024 : l’intervention d’Olivier Chabreyrou

Olivier Chabreyrou a exprimé lors de son intervention en session le mercredi 27 mars,…
3 avril 2024

- La Dordogne Unie

Retour sur les Assises départementales de la Santé

Vendredi 15 mars, se sont déroulées les Assises départementales de la Santé, organisées par…

Lettre d'information

N’hésitez pas à vous inscrire à notre lettre d’information pour rester connectés et ne manquer aucune information sur l’actu des cantons et de vos élus !

Votre inscription à notre newsletter a bien été prise en compte.

Nous vous remercions.